>Naissance et Renaissance

Naissance et Renaissance

2020-08-11T18:40:28+02:0023/07/2020|

Naissance et Renaissance

Le 21 février 2020, ma banque m’annonce brutalement par courrier qu’elle supprime mon autorisation de découvert bancaire sans motiver sa décision. Le mercredi 11 mars, mon fils tant attendu naît. Le samedi 14 mars au soir, patatras, le Bé2M ferme, comme tous les autres bars et restaurants en France. Le Covid-19 sévit déjà depuis quelques semaines en France. Quelques mois avant, suite à des efforts intenses, le Bé2M, pour la première fois de son histoire, avait présenté un bilan avec un résultat comptable largement positif. Fortunes et infortunes. Donner la vie a posé les problèmes financiers à leur juste place. Pour autant, ce restaurant auquel j’ai tant donné, cet autre bébé, ne pouvait mourir sans que je ne lui prodigue des soins attentifs. J’ai toujours pensé que je terminerai l’histoire de ce restaurant en beauté. Il n’y avait plus qu’à créer la réalité à laquelle j’aspirais.
Première étape : trouver des sous pour éviter le dépôt de bilan. Mon formidable ancien chef de rang, Baptiste, m’envoie un WhatsApp : tu as pensé à proposer des bons cadeaux solidaires ? Je rebondis sur cette idée pour imaginer une campagne de financement participatif. S’il y a bien un moment où j’ai besoin d’aide, c’est maintenant. Et le Bé2M a tellement de soutien tant à l’intérieur qu’à l’extérieur que je suis convaincu que cette campagne de 4 semaines sera un succès. Toute l’équipe se retrousse les manches. Nous expliquons avec tout notre cœur notre démarche sur Ulule et sur les réseaux sociaux. Je pose un objectif ambitieux de 10 000 €, qui, s’il n’est pas atteint, rendra la campagne caduque selon le principe du tout ou rien. Quelques semaines plus tard, nous lançons la campagne. La stagiaire en communication, Perrine, est la première contributrice. Les premiers jours, les dons affluent, le compteur arrive très vite à 2500 €. Ensuite, un ami bienfaiteur fait un don de 2000 €. Je lui envoie un message lui demandant s’il ne s’est pas trompé d’un ou deux zéros. Ben non. Au-delà des dons, nous recevons des dizaines de messages chaleureux de clients, de fournisseurs, de musiciens, qui nous témoignent leur sympathie et leur solidarité. Ils veulent, eux aussi, que le Bé2M survive. J’écris sans relâche, tous les jours, pour solliciter de nouveaux soutiens. Passe ainsi quelques centaines de mails et quelques publications de vidéos d’ambassadeurs qui nous veulent du bien. Le compteur progresse lentement et régulièrement. Vous êtes beaucoup à vous prendre au jeu et à suivre avec impatience l’atteinte de l’objectif. Une contributrice fait un deuxième don en calculant que si tout les donateurs refaisaient un don de ce montant, l’objectif serait atteint. Que c’est chouette ce mouvement solidaire ! Je reste persuadé que l’on va y arriver. 48 heures avant la fin de la campagne, le compteur dépasse les 10 000 € !! Ouf ! Cet argent est salvateur, la solidarité nous porte pour nous mobiliser ; pour ré-ouvrir et en même temps pour nous réinventer. Je ressens beaucoup de gratitude pour nos donateurs, quel que soit leur don. J’accepte aussi que mon initiative ne plaise pas à tout le monde. Je trouve que c’est un bon signe, dans une société malade, que de l’argent et donc de l’énergie circulent. Nous avons beaucoup donné pendant toutes ces années de restauration, nous avons beaucoup reçu, hier et aujourd’hui. On donne un jour sans même penser qu’on recevra peut-être un autre jour.
Je continue à prendre mon bâton de pèlerin pour trouver d’autres argents. Plusieurs mois de confinement ont engendré de grosses pertes, malgré les aides de l’Etat. Le propriétaire des murs m’offre très généreusement plusieurs mois de loyer. Je finis par réussir à obtenir un Prêt Garant par l’Etat. Je me ré-endette fortement pour sauver ma société. Mais, ainsi, l’alchimie du Bé2M va pouvoir perdurer.
Pendant le même temps, nous travaillons avec l’équipe à une nouvelle offre. Je décide, le cœur lourd, d’attendre le 22 septembre pour ré-ouvrir au public. L’été est une période creuse dans le quartier Madeleine-Champ de Mars. J’anticipe que l’été 2020 va être encore plus creux. Quel sens alors d’ouvrir pour perdre plus d’argent que si nous restions fermés ? N’allons pas dilapider l’argent solidaire que nous avons reçu. The right men, in the right place, at the right time. Rendez-vous donc dès le 22 septembre pour notre réouverture !
Mathieu, le taulier