>Rencontre avec Tchavolo Schmitt

Rencontre avec Tchavolo Schmitt

2019-03-04T15:37:06+02:0012/02/2019|

Hier, le grand Tchavolo Schmitt était en concert au Bé2M. Un entrepreneur de la région, Franck, en lien avec l’artiste, m’avait contacté pour me proposer un concert. L’idée m’a ravi, le premier disque de jazz que j’avais acheté dans ma jeunesse chez mon disquaire préféré de Limoges, Point Show, était le premier album de Tchavolo Schmitt : « Alors ? … Voilà ! ».

Le public est au rendez-vous au Bé2M pour écouter le récent récipiendaire du grand prix de l’académie du jazz, et ses deux autres talentueux musiciens : Marie-Christine Brambilla au chant et Nicky ElFrick à la guitare. Le cérémonial est un peu différent de d’habitude. La sono a été apportée avant la venue des artistes, un chauffeur a conduit les artistes au Bé2M et j’ai acheté spécialement une bouteille de Ricard pour la star de la soirée !

A leur arrivée, les trois musiciens sont chaleureux. Après que nous avons rapidement fait connaissance, les sons des guitares se mettent à voltiger. Au bar, Justine, Axelle, Mael et moi voltigeons aussi ! Les commandes au bar tombent constamment, j’ai un oeil sur l’équipe, les commandes, la tireuse à bière qui étrangement ne veut plus mousser, la température des vins qui monte dangereusement dans cette chaude ambiance… Le niveau des bouteilles de vin s’amenuise à vitesse grand V, tout comme le niveau de la bouteille de Ricard !

Les applaudissements sont nourris, les clients ne sont pas venu ce soir-là au Bé2M par hasard. C’est la ferveur des grands concerts. La brigade policière de nuit n’est pas venue par hasard non plus. Sonomètre en main, à 22h30, ils ne semblent guère apprécier, eux, la musique…

En fin de soirée, dans l’intimité de la nuit, Tchavolo me demande de jouer. Je lui joue une fantaisie de Mozart. Cela faisait quelques mois que je ne m’étais pas mis au piano, pourtant l’ambiance musicale me porte. Ensuite, nous jouons tous les deux, lui improvisant sur la Fantaisie. Je suis ému. Puis il joue pour moi. Nous tombons dans les bras l’un de l’autre. Tchavolo me montre des photos de famille : sa mère avec une guitare, son père jouant plein d’instruments, ses oncles à la contrebasse. Il me montre également une photo du grand Django Rheinard. Les familles de Django et Tchavolo ont partagé des caravanes à Montreuil et ailleurs. J’imagine la musique résonner dans toutes les caravanes. Je perçois comment la musique a empli Tchavolo, comment une vie entière peut être rythmée par la musique. Il me dit être heureux d’être dans ce magnifique lieu, de m’avoir rencontré. Il me dit sentir tout de suite avec son coeur les belles personnes. Il est simple et direct.

En cette douce nuit, la musique et les musiciens ont empli mon coeur. Je trouve encore de l’énergie pour le nettoyage de la machine à café et le comptage de la caisse. Puis je finis par m’endormir sur des mélodies manouches.